Nos guides
  1. Travauxlib
  2. Parquet

Apprécié pour son côté chaleureux et son aspect naturel, le parquet est un revêtement de sol indémodable, qui a su se renouveler et se décliner sous de nombreux formats pour s'adapter aux goûts, exigences et budgets de chacun. Voici quelques conseils pour vous aider à choisir votre parquet.

Parquet : une appellation contrôlée

L'utilisation du mot "parquet" est réglementée par la norme NF EN 13-756. Selon cette norme, est considéré comme parquet "tout revêtement de sol en bois ou à base de bois dont la couche d'usure (parement ou élément de parement) a au moins 2,5 mm d'épaisseur". Autrement dit, la couche supérieure des lames doit être en bois et avoir une épaisseur d'au moins 2,5 mm pour que celles-ci bénéficient de l'appellation parquet.

Dès lors, les revêtements de sol en bois massif ou à base de couches contrecollées, qui respectent cette règle, peuvent être considérés comme du parquet, alors que l'expression "parquet stratifié" est un abus de langage. En effet, la couche supérieure d'un sol stratifié n'est pas en bois, mais en résine.

Parquet - Appellation contrôlée

Les types de parquets

Parquet massif, parquet contrecollé, ou stratifié ? Au premier abord, trouver le parquet qui correspond à ses besoins peut sembler compliqué, surtout lorsqu'on ignore ce qui différencie chaque type de parquet. Avant de choisir celui qui correspond à vos besoins, encore faut-il définir vos critères de sélection : pièce où sera installé le parquet, budget dont vous disposez, durabilité recherchée, compatibilité avec un sol chauffant... Pour vous aider dans votre choix, découvrez ce qui caractérise chaque type de parquet.

Parquet massif : authenticité et longévité record

Le parquet massif est le parquet traditionnel par excellence, mais également le plus onéreux ! Composé à 100 % d'une même essence de bois, il est apprécié pour sa robustesse et son authenticité.

D'une épaisseur comprise entre 10 et 35 mm, les lames en bois massif bénéficient d'une longévité sans égal : certains parquets massifs peuvent résister pendant plus de 100 ans s'ils sont régulièrement entretenus ! Pour une meilleure résistance dans le temps, privilégiez une épaisseur de parquet d'au moins 14 mm.

Les planches de bois massif sont disponibles dans de nombreuses dimensions : elles peuvent mesurer de 30 cm à 6 m de long, et de 5 à 20 cm de large.

En outre, le parquet massif peut être blanchi, vieilli, teinté, brossé... Et bénéficier de différentes finitions : brut, huilé, vitrifié, ou ciré.

Enfin, contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible de poser un parquet massif dans une pièce humide : il faut pour cela choisir une essence imputrescible (un bois exotique tel que le teck, par exemple).

Le prix d'un parquet en bois massif se situe en moyenne entre 30 et 150 € / m² (hors pose)

Notre conseil : Prévoyez au minimum 50 € / m² pour un parquet de qualité.

Parquet massif

Vous souhaitez faire poser du parquet ?

Obtenez une estimation maintenant

Parquet contrecollé : le bon compromis

Le parquet contrecollé connaît une popularité croissante, car il bénéficie généralement d'un excellent rapport qualité-prix. Moins coûteux que le parquet massif, le contrecollé offre une esthétique similaire à ce dernier, car sa couche supérieure est en bois.

Ce type de parquet est composé de 3 couches : une couche d'usure (parement) de 2,5 mm minimum constituée de bois noble, un panneau de fibres de bois pour supporter le parement, et une couche de contre-balancement en résineux pour assurer la stabilité de l'ensemble.

Notez d'ailleurs qu'un parquet contrecollé est beaucoup plus stable qu'un parquet massif, qui a tendance à bouger au grès des changements de température et d'hygrométrie. En effet, le support en contreplaqué absorbe les variations et préserve ainsi la couche supérieure en bois du contrecollé.

Certains contrecollés hauts de gamme, dont la couche d'usure est comprise entre 4 et 6 mm, sont couramment appelés "parquets semi-massifs", car leur épaisseur se rapproche de celle d'un parquet massif. Leur coût s'avère bien plus élevé qu'un contrecollé classique.

D'une durée de vie inférieure à celle du parquet massif (jusqu'à 60 ans, tout de même !), le contrecollé peut également être rénové, et offre l'avantage de ne pas craquer sous les pas.

Sachez enfin que ce type de parquet est disponible dans de nombreuses essences de bois et finitions (cire, vernis, peinture...).

Le coût d'un parquet contrecollé oscille en moyenne entre 20 et 120 € / m² (hors pose)

Notre conseil : Prévoyez au minimum 50 € / m² pour un contrecollé de qualité.

Parquet contrecollé

Revêtement de sol stratifié : la solution économique

Le stratifié, abusivement appelé "parquet stratifié", ne contient en réalité pas de bois noble, mais des dérivés de bois. Plébiscité pour son faible coût et sa pose simplifiée, le sol stratifié ressemble à s'y méprendre à du parquet classique !

Ce "faux parquet" est un matériau composite comprenant plusieurs couches : une couche d'usure en résine qui apporte de la résistance au sol, un papier décor imitant l'aspect du bois (ou d'autres matières !), et une couche de base en panneau de fibre de bois haute densité. Orientez-vous vers un stratifié haut de gamme de 12 mm d'épaisseur avec sous-couche acoustique intégrée pour une bonne résistance dans le temps et un meilleur confort sonore.

Plus fragile qu'un parquet massif ou contrecollé, le stratifié bénéficie d'une longévité limitée (15 ans en moyenne) et ne peut être rénové. Il reste néanmoins une alternative peu coûteuse pour les budgets serrés, peut être facilement remplacé, et offre un large choix de finitions et de couleurs.

Le prix d'un sol stratifié varie entre 10 et 50 € / m² (hors pose)

Notre conseil : Comptez 15 à 20 € / m² minimum pour un revêtement de qualité.

sol stratifié, parquet stratifié

Comparatif des différents types de parquets (massif, contrecollé et stratifié)

Type de parquet ou de revêtement de sol Durée de vie Rénovation possible Facilité de pose Facilité d'entretien Choix de finitions Budget accessible
Parquet massif +++ oui + ++ +++ +
Parquet contrecollé ++ oui ++ ++ +++ ++
Sol stratifié + non ++ +++ +++ +++

Estimez le prix de pose de votre futur parquet

Bénéficiez des avantages de Travauxlib : entreprises assurées et vérifiées, pénalités de retard, contrôles de chantier...

Obtenez un devis en ligne

Quel type de parquet choisir pour quelle pièce ?

Le choix d'un parquet dépend grandement de la pièce du logement dans laquelle celui-ci va être posé. En effet, il faut prendre en compte les contraintes techniques liées à l'usage de la pièce concernée : fréquence de passage, résistance au chutes d'objets, aux projections d'eau...

Pièces à vivre ou chambres d'enfants

Parquet dans une pièce à vivre

Dans une pièce à vivre (salon ou salle à manger) ou une chambre d'enfant, où le passage est assez intense, il est recommandé de choisir un parquet massif relativement épais à base d'une essence de bois mi-dur (bouleau, châtaignier, mélèze...), qu'il faudra entretenir de manière régulière pour éviter les traces d'usure et les tâches (ponçage, et huilage ou vitrification, par exemple).

On peut également opter pour un parquet contrecollé, avec une couche d'usure de 3 mm minimum, ou un stratifié haut de gamme.

Chambre d'adultes

Pour une chambre d'adultes, qui n'est pas un endroit de fort passage, toutes les solutions peuvent être envisagées : parquet massif, contrecollé ou stratifié.

Néanmoins, on conseille généralement d'opter pour un contrecollé ou un stratifié : le premier aura le même aspect qu'un parquet massif pour un coût plus abordable, alors que le second sera encore moins cher et très facile d'entretien.

Parquet chambre d'adultes

Salle de bain, cuisine ou buanderie

Parquet salle de bain

Seuls les parquets massifs à base de bois exotique (teck, bambou, wengé...) ou de bois européen rétifié (bois local ayant subi un traitement thermique non toxique) sont réellement adaptés aux pièces humides. Ces derniers sont en effet particulièrement résistants aux projections d'eau. Une pose collée avec des joints "ponts de bateau" doit tout de même être préférée à une pose flottante, pour éviter les infiltrations entre les lames.

Notez qu'il existe des stratifiés spécialement conçus pour les pièces humides, mais leur longévité sera moins élevée.

Les types de parquets recommandés en fonction des pièces d'une habitation (*)

Type de parquet ou de revêtement de sol Chambre Couloir Cuisine Hall d'entrée Séjour Salle de bain Extérieur
Parquet massif +++ ++ + ++ +++ - (sauf bois exotiques) - (sauf bois exotiques)
Parquet contrecollé +++ ++ + ++ +++ - -
Stratifié +++ ++ ++ ++ +++ ++ (si traité pour résister à l'humidité) -

(*) Le classement s'effectue de - (pas adapté) à +++ (très adapté).

Types de pose d'un parquet

En fonction du type de parquet choisi, la méthode de pose à envisager ne sera pas forcément la même. Il existe 3 principaux types de pose pour un parquet :

Parquet flottant

Pose de parquet flottant

Technique de pose la plus couramment utilisée, la pose flottante consiste à assembler les lames de parquet entre elles (par clipsage ou collage), sans que l'ensemble n'adhère au sol. Facile à réaliser, elle peut être réalisée sur la majorité des supports (carrelage, dalle de béton, ancien parquet...). Seuls les parquets contrecollés et les stratifiés de 10 à 23 mm d'épaisseur peuvent bénéficier de ce type de pose.

Plus d'infos sur la pose flottante

Parquet cloué

Pose de parquet cloué

La pose clouée est la méthode la plus ancienne. Les lames de parquet sont clouées perpendiculairement sur des pièces de bois (les "lambourdes"), elles-mêmes fixées sur une dalle de béton ou sur d'autres pièces de bois (les "solives"). Particulièrement résistant, ce type de pose est réservé aux parquets massifs et contrecollés de plus de 20 mm d'épaisseur.

Plus d'infos sur la pose clouée

Parquet collé

Pose de parquet collé

Fréquemment utilisée, la pose collée consiste à coller les lames de parquet directement sur une surface plane (une chape de béton ou un ancien revêtement de sol : carrelage, ancien parquet...). Notamment adaptée aux parquets chauffants, cette technique de pose peut être utilisée pour fixer les parquets massifs de 10 à 15 mm d'épaisseur et les contrecollés sans système de clipsage.

Plus d'infos sur la pose collée

Vous souhaitez rénover votre intérieur ?

Obtenez un prix maintenant

Parquet massif : quelle essence de bois choisir ?

Pour choisir l'essence de bois de son parquet, il est essentiel de connaître l'usage de la pièce concernée. En effet, en fonction de la fréquence de passage au sein d'une pièce, il faudra choisir un bois plus ou moins dur. Une fois la dureté du bois identifiée, reste à définir la teinte qui s'accordera le mieux avec la décoration souhaitée.

1. Définir l'essence de bois en fonction de l'usage de la pièce

Dans quelles pièces de votre logement souhaitez-vous poser du parquet ? En fonction des pièces concernées, vous allez pouvoir identifier l'usage de celles-ci, puis les essences de bois les plus adaptées. En effet, plus l'usage de la pièce sera intense, plus le bois à privilégier devra être dur (la classe A concerne les essences les plus tendres, la classe D les plus durs).

Au sein d'une habitation, le parquet sera choisi en fonction de 3 principaux types d'usages :

  • Usage modéré (chambres d'adultes, couloirs en étage ou sans accès vers l'extérieur) : On privilégie pour ces pièces l'utilisation de bois tendres (classe A) et mi-durs (classe B) dont l'épaisseur est comprise entre 2,5 et 3,2 mm.
  • Usage général (séjour, hall d'entrée, chambres d'enfants) : Il est recommandé dans ce cas d'utiliser du bois mi-dur (ou éventuellement du bois tendre), avec une épaisseur comprise entre 3,2 et 4,5 mm.
  • Usage élevé (cuisine, pièces avec accès vers l'extérieur ou avec usage professionnel) : On choisit pour ces pièces des bois durs (classe C), voire très durs (classe D), dont l'épaisseur est comprise entre 2,5 et 3,2 mm.

Remarque : les essences de classe D (notamment le doussié, l'ipé, le jatoba, ou encore le wengé) sont principalement utilisées pour les parquets destinés à des usages commerciaux ou industriels.

Essences de bois à privilégier en fonction de l'usage des pièces

Type d'usage du parquet Fréquence de passage dans la pièce Classe d'usage Pièces concernées Classe de dureté Essences de bois
Usage domestique modéré Faible ou intermittente 21 Chambres d'adultes, couloirs sans accès vers l'extérieur A Aulne, épicéa, pin sylvestre, sapin
Usage domestique général Moyenne 22 Séjour, hall d'entrée, chambres d'enfants B Bouleau, châtaigner, mélèze, merisier, noyer, pin maritime, sipo, teck
Usage domestique élevé Intense 23 Cuisine, pièces avec accès vers l'extérieur C Afromasia, angélique, charme, chêne, érable, eucalyptus, frêne, hêtre, iroko, makoré, moabi, movingui, orme, sapelli

2. Bien choisir la teinte qui correspond à votre déco

Une fois la dureté du bois définie, il vous reste à choisir l'essence de bois dont la teinte s'accorde le mieux avec votre déco. Voici quelques conseils pour vous aider à choisir la couleur de parquet la plus appropriée :

Parquet de couleur claire

Parquet de couleur claire

Ce type de couleur permet d'apporter de la lumière et de la douceur à une pièce dont les murs sont plus sombres ou de couleur très prononcée (ex : bleu canard). Lorsqu'un parquet clair est associé à des murs clairs, cela crée une impression d'espace. Essayez néanmoins de conserver un minimum de contraste entre la couleur du parquet et celle des murs (ex : un parquet beige associé à des murs blancs), car une clarté trop importante pourrait rendre la pièce froide et impersonnelle.

Parquet de couleur sombre

Parquet de couleur sombre

Une couleur de ce type peut créer un effet moderne, voire luxueux, si celle-ci est combinée à des murs clairs. Évitez toutefois les contrastes trop marqués. Il est également possible d'associer un parquet foncé avec des murs sombres, si la pièce est suffisamment lumineuse et que la déco comprend des touches de couleurs vives pour dynamiser l'ambiance. En revanche, combiner une couleur de parquet très sombre à des murs de couleur soutenue est généralement déconseillé.

Finitions et entretien du parquet

Les finitions de protection

Lors de l'achat d'un parquet massif ou contrecollé brut, ou de sa rénovation, il est important de choisir une finition afin de préserver son aspect et de le protéger contre les agressions du quotidien. Il existe 3 principales finitions de protection pour un parquet :

Parquet vitrifié (ou verni) : le plus résistant

C'est la finition de parquet la plus courante en France. Particulièrement résistant, le parquet verni ou vitrifié se caractérise par la pose d'un film transparent, qui permet d'obtenir différents aspects esthétiques : mat, satiné ou brillant. Cette finition est notamment adaptée aux parquets posés dans des pièces à fort passage.

L'entretien quotidien d'un parquet vitrifié est facile : on dépoussière la surface à l'aide d'un aspirateur ou d'un balai, puis on passe une serpillière humide. Pour un entretien plus approfondi, utilisez un raviveur (ou polish) conçu pour rénover les parquets vitrifiés. Appliqué deux fois par an à l'aide d'une serpillière ou d'un balai à franges, ce produit éliminera les rayures et ravivera son éclat.

Un parquet verni entretenu régulièrement n'aura généralement pas besoin de rénovation avant 10 à 20 ans, selon la fréquence d'usage de la pièce concernée.

Le montant moyen d'une vitrification de parquet se situe entre 25 et 40 € HT / m² (ponçage préalable et vernis inclus).

Parquet vitrifié

Parquet huilé : authentique et naturel

Un parquet huilé présente un aspect plus authentique qu'un parquet vitrifié. L'huile appliquée sur le parquet pénètre en profondeur les fibres du bois, et le protège ainsi des tâches et autres salissures. Disponible en version mate ou satinée, l'huile est un produit naturel qui ne graisse pas la surface du parquet. Cette finition n'est pas recommandée pour les pièces à usage intensif. Retenez également qu'une fois un parquet huilé, il n'est plus possible de revenir en arrière, car l'huile pénètre le bois dans toute son épaisseur. Il ne sera donc pas possible de vernir ou cirer le parquet par la suite.

L'entretien d'un parquet huilé est simple, mais nécessite d'être fait régulièrement : il suffit de passer un balai à franges ou une serpillière humidifiée. Pensez également à repasser une couche d'huile une à deux fois par an pour raviver l'aspect du parquet et prolonger sa résistance aux agressions extérieures. Pour éliminer une tâche sur un parquet huilé, poncez légèrement la zone impactée et appliquez une petite dose d'huile. Si le parquet est fortement tâché, nettoyez-le au savon noir naturel avec une machine spécialement prévue pour le nettoyage de sols (qui absorbe l'eau de lavage).

Le coût à prévoir pour une finition huilée se situe entre 20 et 25 € HT / m² (ponçage préalable et huile inclus).

Parquet huilé

Parquet ciré : traditionnel mais fragile

Plus rare de nos jours du fait de sa fragilité, le parquet ciré offre un rendu patiné particulièrement esthétique. La cire est un produit naturel qui protège le parquet en surface et diffuse une odeur agréable dans la pièce concernée. Elle est peu résistante aux passages fréquents et aux tâches, et peut rendre le sol glissant.

Le nettoyage quotidien d'un parquet ciré peut être effectué avec un balai ou un aspirateur, après lequel on passera une serpillière légèrement humide. Une couche de cire doit être appliquée tous les 3 à 6 mois pour protéger le parquet et conserver son aspect brillant. En cas de tâche sur un tel parquet, poncez légèrement la partie salie et étalez une nouvelle couche de cire. Pour un nettoyage plus approfondi, il est possible de supprimer la couche de cire à l'aide d'un shampoing spécial, de poncer le parquet, et d'étaler une nouvelle couche de cire, ou de la remplacer par de l'huile ou du vernis pour un entretien plus aisé.

Le budget moyen à envisager pour le cirage d'un parquet se situe entre 25 et 30 € HT / m² (ponçage préalable et cire inclus).

Parquet ciré

Teindre son parquet pour lui redonner une nouvelle jeunesse

Pour raviver un parquet ancien et faire ressortir ses veines, il est possible d'appliquer une couche de teinte à l'aide d'un rouleau ou d'une brosse sur l'ensemble de sa surface. Il existe un large choix de teintes de parquet, permettant d'imiter la plupart des essences de bois, du bois blanc (comme l'orme ou le pin) au bois le plus foncé (jatoba, wengé...). Notez que cette technique ne peut être réalisée que sur un bois brut, ou un bois dont le traitement (cire, vernis ou huile) a été éliminé au préalable.

Une fois la teinte appliquée, le parquet doit être traité avec du vernis, de la cire, ou de l'huile pour le protéger.

La mise en teinte d'un parquet coûte de 12 à 20 € / m².

Parquet teinté

Le parquet vieilli : pour apporter un côté rustique à votre intérieur

Pour donner un aspect vieilli à un parquet récent, deux principales techniques existent :

  • Vieillisseur de bois : Une fois le parquet neuf poncé et entièrement dépoussiéré, on applique un vieillisseur de bois et on enlève le surplus de produit à l'aide d'un chiffon (avant qu'il ne sèche), ce qui permettra d'obtenir un effet patiné et soulignera les veines du bois.
  • Céruse : On applique une solution décapante sur toute la surface du parquet, puis on le gratte avec un couteau de peintre, et on élimine les résidus de décapant. On nettoie ensuite le sol avec une serpillière humide, puis on supprime les traces de décapant les plus tenaces à l'aide d'un chiffon imbibé d'alcool. Il faut ensuite brosser (avec une brosse métallique) le parquet dans le sens des fibres du bois pour les ouvrir. Enfin, on aspire la poussière créée et on applique la pâte à céruser sur l'ensemble de la surface. Quand la pâte est sèche, on ôte le surplus avec un chiffon sec.

Ce type de finition de parquet fait partie des plus onéreuses, car sa mise en place nécessite une expertise poussée pour obtenir des résultats flatteurs.

Quelle que soit la technique de vieillissement choisie, il faudra ensuite traiter le parquet vieilli avec une finition classique (huile, de préférence, ou cire) pour préserver son aspect et le protéger dans la durée. L'entretien du parquet vieilli sera le même que pour un parquet brut avec une finition similaire.

Parquet vieilli et huilé
Parquet : découvrez également