Nos guides

Revêtement incontournable en intérieur comme en extérieur, le carrelage est plébiscité pour des raisons esthétiques et pratiques. Toutefois, lorsqu’il s’agit de choisir un carrelage, on peut facilement se sentir perdu face aux nombreux modèles disponibles sur le marché. Découvrez nos conseils pour vous aider dans le choix de votre futur carrelage.

Les différents types de carrelage

Carrelage en grès et ses dérivés

Composé d’argile et de silice, le carrelage en grès est réputé pour sa solidité et sa facilité d’entretien. Il existe 4 principaux types de grès :

Grès cérame pleine masse (ou porcelainé)

Variante de grès cérame la plus robuste, ce type de carrelage n’a subi aucun traitement et a été coloré dans la masse. Plutôt utilisé en collectivités, c’est un matériau d’aspect mat, peu poreux et très résistant à l’usure, qui peut être posé en intérieur comme en extérieur. Le choix des couleurs est assez limité (principalement des couleurs naturelles et foncées).

Grès cérame émaillé 

Recouvert d’une couche d’émail décorative, le grès cérame émaillé offre un large choix de coloris et de motifs. Il est néanmoins particulièrement sensible aux rayures, aux chocs et au gel. Il faut donc éviter de l’utiliser en extérieur ou dans des pièces à fréquence de passage élevée.

Carrelage de sol en gres cerame

Grès cérame poli

Il s’agit d’un grès cérame dont la surface à été polie à l’aide d’un disque de diamant, ce qui lui donne un aspect brillant. Il craint les chocs et les rayures, et doit être imperméabilisé pour résister à l’eau.

Grès étiré

Reconnaissable par sa couleur orangée ou marron qui lui confère un aspect rustique, ce carrelage se fait de plus en plus rare. Conçu à partir des mêmes matières premières que le grès cérame, le grès étiré diffère essentiellement par son mode de fabrication : le carreau est étiré au lieu d’être pressé avant sa cuisson. Légèrement moins robuste que le grès cérame, il reste un matériau solide, résistant à l’usure, aux taches et à l’eau. Sa surface est généralement granuleuse, et il est rarement recouvert par une couche d’émail.

Le grès cérame est notamment prisé pour sa capacité à imiter différents matériaux et matières : parquet, béton ciré, pierres naturelles, cuir, textile…

Prix d’un carrelage en grès (hors pose) : 20 à 120 € / m²

Envie de rénover votre intérieur ?

Obtenez une estimation maintenant

Terre cuite

Apprécié pour son aspect authentique et sa robustesse, le carrelage en terre cuite est principalement constitué d’argile et se patine avec le temps. Il se décline sous la forme de tomettes, de carreaux, de briques (ou bejmats), ou encore de pavés, et peut prendre différentes couleurs, allant du rouge foncé au beige.

Naturellement poreuse et antidérapante, la terre cuite doit recevoir un traitement après cuisson pour pouvoir résister à l’humidité et aux tâches. Ce traitement lui permet notamment d’être utilisée en milieu sec ou humide. Pour préserver sa couleur et ses propriétés, le carrelage en terre cuite devra être régulièrement traité à l’huile de lin ou à la paraffine.

Prix du carrelage en terre cuite (hors pose) : 30 à 100 € / m²

Carreaux de ciment

Conçus à partir de ciment, de sable, et de poudre de marbre, les carreaux de ciment sont reconnus pour leur robustesse et leur résistance à l’usure. Disponibles en version unie ou à motifs, ils peuvent s’adapter à tous les intérieurs, en pièces sèches ou humides. 

Lorsqu’ils ne sont pas traités en usine, les carreaux de ciment doivent être protégés à l’issue de leur pose à l’aide d’un produit hydrofuge et oléofuge. Pour éviter aux salissures de s’incruster et préserver leur éclat, il est nécessaire de les nettoyer régulièrement à l’aide d’un mélange d’eau et de savon noir, et d’appliquer une fois par an un traitement à base de cire, de résine ou de vernis. Il ne faut surtout pas utiliser de détergent sur les carreaux de ciment, sous peine de voir leurs couleurs s’altérer définitivement. 

Fabriqué de façon artisanale et généralement vendu à la pièce, le carreau de ciment est un matériau particulièrement coûteux. 

Prix des carreaux de ciment (hors pose) : 35 à 150 € / m²

Carreaux de ciment dans une salle de bain

Carreaux de ciment dans une salle de bain, CRDecoration

Carrelage en pierre naturelle

Prisée pour son authenticité et sa durabilité, la pierre naturelle est un matériau noble et intemporel. Souvent très lourde, elle ne peut généralement être posée qu’en rez-de-chaussée, et sa pose implique la maîtrise d’un savoir-faire particulier. Naturellement poreux, ce type de carrelage subit, lors de sa fabrication, un traitement hydrofuge et anti-tâches, voire antigélif, si le climat le nécessite. Quelques exemples de pierres naturelles couramment utilisées pour le carrelage :

Granit

Le granit est une roche magmatique composée essentiellement de quartz et de feldspath alcalin. A la fois très solide et facile à entretenir, ce type de carrelage se décline dans de nombreuses nuances, du blanc au noir, en passant par le rose, le gris, ou même le jaune. Généralement peu poreux, le granit n’est ni sensible à l’eau ni aux tâches, et s’entretient avec de l’eau vinaigrée, de l’eau savonneuse ou un détergent doux. Naturellement doté de propriétés antidérapantes, il peut être posé en intérieur ou en extérieur. Attention à ne pas choisir une finition trop polie, car cela affaiblit la résistance de ce carrelage aux rayures et aux chocs.

Prix d’un carrelage en granit (hors pose) : 60 à 200 € / m²

Carrelage d'intérieur en granit

Marbre

Le marbre est une roche métamorphique d’origine calcaire, composée en grande partie de cristaux de calcite. C’est un matériau fragile, qui craint l’eau, les tâches et les chocs, et dont l’entretien est délicat. Seul un détergent neutre ou doux peut être utilisé pour le nettoyer. Souvent traversés par des veinures, les carreaux de marbre sont synonymes de luxe et subliment les demeures les plus prestigieuses depuis l’Antiquité.

Disponible dans une large palette de teintes (blanc, brun, gris, rosé, bleu, vert…), le carrelage en marbre peut prendre différents noms en fonction de son origine : marbre blanc de Carrare, marbre rouge de Caunes-Minervois, marbre vert du Guatemala, marbre rose du Portugal... 

Prix du carrelage en marbre (hors pose) : 45 à 200 € / m²

Ardoise

Roche métamorphique de la famille des schistes, l’ardoise est reconnue pour sa résistance au froid et aux tâches, et sa faible porosité. Longtemps réservée à la réalisation de toitures, ses qualités techniques et son aspect authentique en ont fait un matériau de choix pour recouvrir les sols. Si l’ardoise se décline surtout dans des nuances de gris (du gris pâle au noir intense), on en trouve également dans des couleurs plus originales, telles que le vert, le bleu, ou encore le orange. Facile à entretenir (eau savonneuse ou eau javellisée), le carrelage en ardoise peut être posé en intérieur ou en extérieur.

Néanmoins, il s’avère fragile tant qu’il n’est pas posé, et il est préférable de faire appel à un professionnel pour minimiser les pertes. Pour améliorer sa résistance à l’eau et aux taches, il est fortement recommandé d’appliquer un traitement hydrofuge et oléofuge une fois la pose achevée.

Prix d’un carrelage en ardoise (hors pose) : 30 à 60 € / m²

Carrelage de cuisine en ardoise

Carrelage de cuisine en ardoise, Marble Systems

Pierre calcaire

Il s’agit d’une roche sédimentaire constituée essentiellement de carbonate de calcium et de carbonate de magnésium. Assez robuste, elle est surtout recherchée pour son côté chaleureux et ses teintes naturelles (beige, rose, gris, ocre…). On distingue deux principaux types de pierres calcaires :

  • la pierre bleue : non poreuse et de couleur sombre, elle ne craint ni le gel ni l’humidité, et possède des qualités isolantes. Elle convient donc aussi bien à une utilisation en intérieur ou en extérieur.

  • la pierre blanche : particulièrement poreuse et plus claire, elle est peu recommandée pour une pose en extérieur. Elle est naturellement antidérapante.

Facile à entretenir, la pierre calcaire peut être nettoyée avec de l’eau mélangée à du savon noir. Sensible aux salissures, elle doit subir un traitement hydrofuge et oléofuge pour la rendre imperméable et résistante aux taches.

Prix du carrelage en pierre calcaire (hors pose) : 40 à 100 € / m²

Travertin

Le travertin est une roche sédimentaire principalement composée de carbonate de calcium. Naturellement couvert de petites cavités et poreux, il est antidérapant, peut supporter de lourdes charges, et n’est pas sensible au gel. Si cette roche est normalement blanche, elle peut prendre différentes teintes allant du beige au rouge.

Le travertin peut être utilisé à l’intérieur comme à l’extérieur. Lorsqu’il est utilisé comme carrelage d’intérieur, les trous présents sur sa surface sont comblés et la pierre est polie, de façon à faciliter son entretien. Quelle que soit sa destination, le travertin doit impérativement être traité contre l’humidité et les taches au moment de sa pose. Il doit ensuite être régulièrement nettoyé à l’eau savonneuse pour préserver son éclat. C’est un matériau sensible à la pollution et aux produits abrasifs.

Prix d’un carrelage en travertin (hors pose) : 30 à 60 € / m²

Carrelage en travertin pour le sol

Carrelage en travertin dans un salon, StoneNaturelle

Faïence

Au même titre que le grès cérame, la faïence appartient à la famille des carrelages en céramique. C’est un matériau facile à entretenir, mais relativement sensible aux taches et aux chocs, notamment à cause de l’émail qu’elle contient. Plus fragile qu’un carrelage classique, la faïence ne peut normalement être posée que sur un mur. Par ailleurs, sa porosité l’empêche d’être utilisée en extérieur. D’aspect laqué, elle se décline dans de nombreux coloris et motifs, et trouve traditionnellement sa place sur les murs des salles de bain et les crédences de cuisines.

Prix d’un carrelage en faïence (hors pose) : 20 à 150 € / m²

Comparatif des principaux types de carrelage et leur prix au m²

Type de carrelage Résistance à l’usure Résistance aux taches Pose en pièces humides Facilité d’entretien Prix au m² TTC (hors pose) Prix de pose seule au m² HT
Grès cérame +++ +++ oui +++ 20 à 120 € / m² 30 à 70 € / m²
Faïence + + oui ++ 20 à 150 € / m² 20 à 50 € / m²
Terre cuite +++ + déconseillée ++ 30 à 100 € / m² 60 à 80 € / m²
Carreaux de ciment +++ +++ oui +++ 35 à 150 € / m² 30 à 70 € / m²
Granit +++ +++ oui +++ 60 à 200 € / m² 40 à 80 € / m²
Marbre ++ + déconseillée ++ 45 à 200 € / m² 40 à 80 € / m²
Ardoise +++ +++ oui +++ 30 à 60 € / m² 40 à 80 € / m²
Pierre calcaire + + déconseillée ++ 40 à 100 € / m² 40 à 80 € / m²
Travertin + + déconseillée ++ 30 à 60 € / m² 40 à 80 € / m²

Estimez le montant de vos travaux

Bénéficiez des avantages de Travauxlib : entreprises assurées et vérifiées, accompagnement sur-mesure, pénalités de retard, contrôles de chantier...

Obtenez un devis en ligne

Carrelages spécifiques

Les fabricants de carrelage rivalisent d’ingéniosité pour créer des revêtements de plus en plus innovants. Voici un aperçu des carrelages les plus prometteurs :

  • carrelage adhésif : facile à poser et à entretenir, le carrelage adhésif n’est généralement pas suffisamment résistant pour une pose au sol. En revanche, il est tout à fait indiqué pour relooker les murs d’une salle de bain ou la crédence d’une cuisine.

  • carrelage clipsable : adapté à tous les supports, c’est une solution intéressante pour changer un revêtement de sol en un temps réduit. De plus, les carreaux pourront être facilement déposés et réutilisés. Du fait de sa pose flottante, il est moins résistant aux chocs et plus sonore qu’un carrelage collé.

  • carrelage extra-fin : apprécié pour sa compacité (3 à 5 mm d’épaisseur) et sa légèreté, il se manipule facilement et permet de limiter la hauteur du sol lorsqu’il est posé sur un revêtement existant.

  • carrelage antidérapant : dotée d’un relief plus ou moins accentué, le carrelage antidérapant a pour objectif de limiter les risques de glissades ou de chutes dans les pièces humides ou en extérieur.
Carrelage lumineux à LEDs, carrelage innovant

Carrelage lumineux à LEDs, Lorenzini

  • carrelage antibactérien : il s’agit d’un carrelage dans lequel du dioxyde de titane a été injecté lors de sa fabrication. Grâce à une réaction chimique, les bactéries sont neutralisées lorsqu’elles entrent en contact avec la surface du carrelage. Utile pour les personnes souffrant d’allergies, un tel carrelage ne dispense toutefois pas d’un entretien régulier.

  • carrelage lumineux : équipé de LEDs directement intégrées aux carreaux ou dans les joints, le carrelage lumineux permet de créer une ambiance originale dans une salle de bain, un couloir, ou même un salon.

  • carrelage personnalisé : certains fabricants proposent de personnaliser des carreaux de carrelage en se basant sur une photo. Vous obtiendrez plusieurs carreaux, qui, assemblés entre eux, permettront de reconstituer la photo d’origine dans les dimensions souhaitées.

Quel carrelage choisir ?

Critères de choix d'un carrelage

Le choix d’un carrelage dépend principalement de 4 éléments :

  • pièce de destination : la pièce où doit être installé le carrelage est un élément déterminant dans le choix de celui-ci. On privilégiera par exemple l’utilisation de certains types de carrelage s’il s’agit d’une pièce humide ou si elle est soumise à un usage intense.

  • esthétique et finition : en fonction des pièces à carreler, le choix des matériaux utilisables sera plus ou moins restreint. On évitera notamment d’utiliser un carrelage en marbre ou en pierre blanche, du fait de leur porosité et leur sensibilité aux taches, dans une salle de bain. Une fois le matériau choisi, il faudra définir la forme, le colori et/ou le motif, les dimensions, et la finition du carrelage (mate, brillante, antidérapante…).

  • facilité d’entretien : il n’est pas toujours évident de concilier esthétique et entretien facile. Une pièce particulièrement exposée aux éclaboussures d’eau ou de graisse telle qu’une cuisine nécessite notamment un carrelage facilement lavable. On s’orientera donc plutôt vers un grès cérame qu’un carrelage en marbre.

  • spécificités techniques : pour des raisons esthétiques ou pratiques, on peut être amené à choisir un carrelage doté de propriétés particulières (carrelage extra-fin, antibactérien, avec LEDs incrustées…).
Critères de choix d'un carrelage

Carrelage intérieur : quel carrelage choisir pour les pièces de votre logement ?

  • Séjour ou salle à manger : on privilégiera pour ces pièces l’utilisation d’un carrelage adapté au passage fréquent, esthétique, et facile à entretenir : grès cérame, grès émaillé, granit, ardoise, voire marbre ou terre cuite.

  • Salle de bain : le sol d’une salle de bain se doit avant tout d’être résistant à l’eau : grès cérame, grès émaillé, voire carreaux de ciment (si traités contre l’humidité).

  • Cuisine : dans cette pièce, le sol doit être à la fois résistant aux chocs, à l’usure, à l’eau et aux taches, et facile à entretenir : on s’orientera donc plutôt vers un grès cérame ou un grès émaillé. Un carrelage en terre cuite (s’il a été traité contre l’eau et les graisses) peut également convenir.

  • Chambres : choisissez un sol chaleureux et résistant aux chocs éventuels : un grès cérame imitation bois (émaillé ou non) sera du plus bel effet. Pour une chambre d’adulte, on peut également envisager la pose d’un carrelage en ardoise ou en terre cuite.

  • Hall d’entrée et couloir : étant donné la fréquence de passage élevée, optez pour un carrelage suffisamment résistant : grès cérame, grès émaillé, granit, ardoise, ou éventuellement terre cuite.
Carrelage d'intérieur dans un salon

Carrelage extérieur : quel carrelage pour vos espaces extérieurs ?

Qu’il soit prévu pour une terrasse, une allée, ou les abords d’une piscine, un carrelage extérieur doit répondre à certaines spécificités pour maximiser sa durabilité : étanchéité, résistance au gel, surface antidérapante, et facilité d’entretien.

Deux principaux types de carrelages remplissent ces critères : le grès cérame (notamment dans sa version pleine masse, mais également en version émaillée, moins coûteuse mais plus sensible aux chocs) et le granit.

Le grès cérame émaillé offre l’avantage de pouvoir imiter de nombreux matériaux plus coûteux, et qui ne pourraient normalement pas être utilisés en extérieur : bois, ardoise, marbre...

Vous souhaitez changer vos revêtements de sol (carrelage, parquet...) ?

Obtenez un prix maintenant

Comprendre les étiquettes et les normes du carrelage

Pour pouvoir comparer objectivement les propriétés et la qualité des différents carrelages, les classifications et normes peuvent être d’une grande utilité. Vous allez ainsi pouvoir vérifier les caractéristiques suivantes : la résistance au passage et à l’abrasion (normes PEI et UPEC), la glissance (normes R et ABC), et la résistance aux rayures (échelle de Mohs).

Résistance au passage et à l’abrasion

Élaborée par le Porcelain Enamel Institute, la norme PEI permet de classer le carrelage en fonction de la fréquence de passage et le niveau d’abrasion qu’il peut supporter. Cette classification n’est applicable qu’aux carreaux émaillés et s'évalue selon 6 paliers d’intensité de passage : de PEI 0 (peu résistant au passage) à PEI 5 (adapté à un passage intense).

Délivrée par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, la norme UPEC est une certification française qui détermine la résistance globale du carrelage selon 4 critères :

  • U : résistance à l’usure (usure liée au passage)
  • P : résistance au poinçonnement (chute d’objets et déplacement de mobilier)
  • E : résistance à l’eau (sensibilité à l’eau et à l’humidité)
  • C : résistance aux agents chimiques (sensibilité aux taches et substances chimiques).

Chacune des lettres listées ci-dessus (U, P, E, et C) est associée à un chiffre correspondant à un niveau de résistance.

Quelques exemples d'exigences UPEC pour un carrelage selon le type de pièce (locaux à usage privatif) :

  • Hall d'entrée : U2S P2 E1 C1
  • Cuisine : U3 P2 E2 C2
  • Salle de bain : U2 P2 E2 C1
  • Séjour : U2S P2 E1 C0.

Ces deux classifications permettent de définir le modèle de carrelage le plus approprié à la en fonction du type de pièce à rénover.

Résistance du carrelage au passage et à l'abrasion
Classe PEI Equivalence UPEC Résistance au passage Résistance à l'abrasion Exemples d'utilisation
PEI 0 - Peu résistant au passage Usage non recommandé pour le sol, mais adapté à une pose murale Mur d'une salle de bain
PEI 1 U2 Adapté à un faible passage Sol non exposable à l’abrasion Salle de bain ou chambre sans liaison avec l'extérieur
PEI 2 U2 Adapté à un passage modéré Exposition faible à l’abrasion Salle de bain, chambre, salon sans accès direct vers l'extérieur
PEI 3 U2S Adapté à un passage fréquent Exposition moyenne à l’abrasion Salle de bain, chambre ou salon sans accès direct vers l'extérieur + hall d'entrée et couloir avec accès vers l'extérieur protégé par un tapis
PEI 4 U3 Adapté à un passage important Exposition fréquente à l’abrasion Toutes pièces d'une habitation
PEI 5 U3S Adapté à un passage intense Exposition quasi-permanente à l’abrasion Locaux professionnels, bureaux, commerces...

Résistance à la glissance

Plus spécifique, cette norme française (norme XP P 05-011) inspirée de standards allemands permet de mesurer les performances antidérapantes d’un carrelage dans une pièce humide ou près d'un point d'eau. Deux types de glissance sont évalués :

  • la glissance pieds chaussés (norme R) : surtout utilisée pour le choix d'un carrelage extérieur, et évaluée selon 5 niveaux : de R9 (adhérence normale) à R13 (très forte adhérence)

  • la glissance pieds nus (norme ABC) : généralement utilisée pour choisir le carrelage d'une pièce humide, et répartie sur 3 niveaux : de A (adhérence moyenne) à C (adhérence forte).
Carrelage antidérapant - normes de glissance

Classification des niveaux de glissance à pieds chaussés (norme R)

Classe Niveau d'adhérence Angle d'inclinaison du sol Exemples d'utilisation
R9 Adhérence normale Entre 6 et 10° Terrasse abritée, pièce sèche ou peu exposée à l’humidité
R10 Adhérence moyenne Entre 10 et 20° Terrasse abritée, pièce humide (salle de bain, wc…), hall d’entrée...
R11 Adhérence élevée Entre 20 et 27° Terrasse proche d’une piscine ou d’un point d’eau
R12 Forte adhérence Entre 27 et 35° Utilisation professionnelle
R13 Très forte adhérence Supérieure ou égal à 35° Utilisation professionnelle

Classification des niveaux de glissance à pieds nus (norme ABC)

Classe Niveau d'adhérence Exemples d'utilisation
A Adhérence moyenne Sauna, salle de bain, WC
B Adhérence élevée Douche à l'italienne, salle de bain, WC, abords d'une piscine
C Forte adhérence Bords inclinés d'un bassin, escaliers descendant dans une piscine

Résistance aux rayures

Pour vérifier la capacité d’un carrelage à résiste aux rayures (notamment pour une cuisine ou une chambre d'enfant), on va s’intéresser à l’échelle de Mohs. Celle-ci classe la sensibilité du carrelage aux rayures selon plusieurs niveaux :

  • 1 à 4 : faible résistance aux rayures
  • 5 à 6 : résistance correcte
  • 7 à 8 : bonne résistance
  • 9 à 10 : très bonne résistance.
Carrelage : découvrez également
Revêtement de sol : en savoir plus